Chargement...

08-02-2018: Assemblées des chômeuses, chômeurs et précaires (Toulouse, Occitanie, FR)

Discussion dans 'Agenda militant - manifestations et évènements' créé par ninaa, 24 Février 2018.

Assemblées des chômeuses, chômeurs et précaires

Assemblée précaires
1 Rue Delpech, 31000 Toulouse, France

Jeudi, 8 Février 2018 - 05:00 PM
(fin le Jeudi, 8 Février 2018 - 10:00 PM)

Fuseau horaire: Atlantic/Reykjavik


Cet événement est terminé...
  1. ninaa
    Offline

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 331
    1 628
    425
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Prochaines assemblées des chômeuses, chômeurs et précaires
    Publié le 2 février 2018
    Après la Loi Travail XXL, bientôt les ordonnances chômage ? Pour s’organiser ensemble contre les attaques à venir et mettre en place des actions de solidarité entre chômeuses, chômeurs et précaires, des assemblées auront lieu à Toulouse les 8 et 20 février, ainsi que les 8 et 20 mars 2018.

    Une nouvelle réforme arrive : celle de l’assurance chômage. Prévue pour avril 2018, une fois les « ordonnances sur le licenciement » imposées, elle viendrait :

    • Renforcer le discours et les mesures visant à stigmatiser les chômeuses et chômeurs en prévoyant toujours plus de contrôles.
    • Compliquer le versement des allocations par l’accumulation de paperasse à remplir / d’étapes bureaucratiques digne des 12 travaux d’Astérix.
    • Retirer des cotisations sociales le financement du chômage., ce qui permettra au gouvernement de décider sseul des règles d’indemnisation.
    Une offensive idéologique contre une caisse de solidarité
    L’assurance chômage est une caisse de solidarité entre travailleur.euse.s qui a été spolié par les patrons et le sera demain par l’état si la réforme passe.
    Certain.es d’entre nous s’entendent dire pendant les entretiens qu’il leur faut acquérir « le principe de réalité ». Mais qui est plus en prise avec la réalité que des gens qui doivent payer leurs loyers, charges, avec 3 francs 6 sous ? C’est bien une offensive idéologique qui voudrait que les chômeuses et chômeurs soient responsables de leurs conditions et de tous les problèmes économiques alors que c’est un choix des dirigeants de ne pas partager le travail. L’assurance chômage est une caisse de solidarité entre travailleur.euse.s qui a été spolié par les patrons et le sera demain par l’état si la réforme passe.

    Une assemblée pour partager et agir
    Lors de la 1ère Assemblée du 5 octobre 2017, nous avons fait le constat :

    • que les travailleur.euse.s subissent des attaques incessantes sur leurs conditions de travail.
    • des allers-retours entre CAF, pôle emploi et boulot pour beaucoup d’entre nous.
    • de la diversité des formes de précarité (emplois aidés, auto-entrepreneuses, contractuels de la fonction publique, RSAiste, intérimaires, service civique, temps partiels imposés …)
    • que dans la mission de pôle emploi, le contrôle remplace l’accompagnement.
    • que les outils informatiques ne sont pas maîtrisés par tou.te.s les chômeur.euses alors que les services publics sont de plus en plus dématérialisés malgré la résistance des salarié.e.s contre cette logique.
    • qu’on pourrait parler de « droit de grève pour les chômeur.euses » et de « loi de licenciement » et non de « travail ».
    • que les conditions d’accueil (personnes debouts, fermetures l’après-midi..) sont déplorables.
    • que l’utilisation du service civique s’accentue, permettant d’embaucher en dehors des règles du code du travail.
    Soyons nombreuses et nombreux à échanger pour se battre contre leurs politiques lors des prochaines assemblées des chômeurs, chômeurs et précaires.

    • jeudi 8 février à 17h
    • mardi 20 février à 14h
    • jeudi 8 mars à 17h
    • mardi 20 mars à 14h
    Elles auront toutes lieu au 1, rue Delpech (métro François Verdier).

    Les jeudis, l’Assemblée sera précédée d’une permanence d’une demi-heure, donc si vous avez un problème en particulier sans avoir envie d’en parler en Assemblée, venez à 16h30 !
    Et parlons-en autour de nous !