Chargement...

Spécistes/antispécistes: un débat apaisé est-il possible?

Discussion dans 'Libération animale' créé par ninaa, 28 Octobre 2019.

  1. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 134
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Je retranscris (grosso modo) une discussion récente avec trois libertaires antispécistes.
    Moi:
    - Je ne comprends pas comment si vous vous dites antispécistes vous pouvez supporter d'avoir des relations avec des spécistes. Quand on se définit comme antiraciste on est trop dégoûté pour fréquenter des racistes, en tout cas moi je le suis. Même chose pour les sexistes, les homophobes, etc. Si vous considérez les animaux non humains comme les égaux des animaux humains, vous n'accepteriez pas de fréquenter des cannibales? De regarder des copains manger devant vous de la viande humaine?
    Eux:
    - C'est qu'on considère que les individus ne sont pas fautifs. On en veut surtout aux lobbys alimentaires.
    - On a tous été éduqués comme ça, c'est difficile d'aller contre tout un système de pensée, contre des habitudes ancrées depuis des millénaires, beaucoup de gens croient même sincèrement qu'on ne peut pas survivre sans viande et produits animaux.
    - Remarque que je ne peux pas supporter de voir quelqu'un manger de la viande devant moi...
    - On est ultra-minoritaires, c'est déjà dur d'avoir une vie sociale quand on est vegan, on est souvent moqués, insultés, les gens ne nous "tolèrent" que si on ferme notre gueule, c'est vrai on n'a pas toujours le courage de défendre nos idées.
     
  3. Ziggy-star
    Offline

    Ziggy-starMembre du forum Comité auto-gestion Membre actif

    531
    85
    0
    Fev 2017
    France
  4. plateformiste, internationaliste, auto-gestionnaire, révolutionnaire, gauchiste, veganarchiste
    J'ai tiqué sur cette réflexion parce-que j'ai jamais compris cette logique. Pour moi c'est justement parce qu'on est minoritaire qu'il faut ouvrir sa gueule et avoir le "courage" (pour moi c'est pas vraiment du courage mais une nécessité) de défendre nos idées. Après je pense que je suis comme tous les veganes j'ai une vie sociale et je croise presque que des personnes qui ne le sont pas, mais tout comme je croise des personnes qui ne sont pas spécialement féministe ou antiraciste. Enfin je pense comme la grande majorité des personnes de cette société qui sans être engagées dans l'exercice d'une domination ou dans un soutien inconditionnel pour le système en place (capitaliste étatiste patriarcale speciste ....) ne s'inscrivent pas dans la lutte. Or il me semble que c'est surtout à ces personnes qu'il faut s' adresser pour que les choses changent. Faire exister concrètement nos idées est à mon avis la seule manière (en tous cas c'est indispensable) de les faire progresser. Je ne dis pas que les manif ou les actions directes sont inutiles (c'est même important) mais s'il n'y a aucun relais dans la société c'est perdu d'avance.
     
Chargement...
Discussions similaires
  1. Réponses:
    0
  2. Réponses:
    0
  3. Réponses:
    0
  4. Réponses:
    0
  5. Réponses:
    1
  6. Réponses:
    36
  7. Réponses:
    10
  8. Réponses:
    7