Chargement...

27-03-2021: MANIF CONTRE TOUTES LES EXPULSIONS (intersquats) (place du Châtelet)

Discussion dans 'Agenda militant - manifestations et évènements' créé par ninaa, 23 Mars 2021.

MANIF CONTRE TOUTES LES EXPULSIONS (intersquats)

place du Châtelet

Samedi, 27 Mars 2021 - 03:00 PM
(fin le Samedi, 27 Mars 2021 - 06:00 PM)

Fuseau horaire: Atlantic/Reykjavik


Cet événement est terminé...
  1. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    9 508
    1 655
    430
    Fev 2014
    France
  2. anarchiste, anarcho-féministe, , individualiste
    Tract du collectif Prenons la ville pour la manif parisienne du 27 mars
    2021:
    https://fr.squat.net/wp-content/uploads/fr/2021/03/2021-03-27_PLV_manif_logement-tract-A4RV.pdf

    > MANIFESTATION POUR LE LOGEMENT, CONTRE TOUTES LES EXPULSIONS
    RDV samedi 27 mars 2021, à 15h, pour se joindre au cortège intersquat,
    place du Châtelet, Paris Ier (métro Châtelet ou RER Châtelet Les Halles)

    Il y a en France près de 300 000 personnes sans domicile fixe (à la rue
    ou dans des dispositifs d’hébergement d’urgence) pour plus de 3 millions
    de logements vides. Rien qu’à Paris intra-muros, 8% à 17% des logements
    sont vides, soit entre 113 000 et 232 000 biens immobiliers. Et on
    devrait se contenter d’attendre que l’État trouve des solutions à tout
    ça, comme au reste ?

    L’État veut maintenir la population sous sa tutelle. À travers les
    siècles, l’organisation étatique et capitaliste de la société a réussi,
    en grande partie, à nous déposséder des moyens de vivre de façon
    autonome, notamment par la spécialisation et la division du travail. Ce
    qui est nécessaire à la vie quotidienne est presque entièrement
    monopolisé par l’économie capitaliste (de la production alimentaire à la
    médecine, en passant par l’accès à l’eau, la fabrication et la
    réparation de plein de choses utiles). Cette logique fait de nous des
    prisonnier·e·s d’un système sans échappatoire, la quasi totalité de la
    planète ayant été colonisée par l’exploitation et la domination. Il n’y
    a pas d’issue sans perspectives révolutionnaires.

    Il en est de même pour le logement. Tout est organisé sous le régime de
    la propriété privée (dont la propriété « publique » d’État est le
    parfait complément pour maintenir les inégalités sociales). Pour se
    loger, la population est dépendante du pouvoir de l’État : tout bâti est
    dépendant de permissions institutionnelles et d’un titre de propriété.
    Une hiérarchie bien établie perdure : l’État, qui surplombe tout, les
    multi-propriétaires (promoteurs, spéculateurs, ceux qui encaissent un
    max de thunes), les agences immobilières qui servent d'intermédiaires,
    les petits propriétaires, les locataires, les mal-logé·e·s, les SDF.

    Si on trouve aberrant de devoir payer un loyer à des individus ou
    agences qui sont largement plus riches que nous, si on refuse de se
    soumettre à ce système, on se retrouve souvent dans l’illégalité puisque
    les lois et les droits sont mis en place par ceux qui ont tout intérêt à
    préserver les logiques marchandes.

    Revendiquer auprès de l’État un adoucissement de ces inégalités, c’est
    croire que l’État puisse être un interlocuteur valable, alors qu’il nous
    écrase. C’est aussi participer au mythe de l’État social, au mensonge du
    dialogue entre l’État et ses « partenaires sociaux », au bluff de la
    démocratie participative. Tout cela ne fait qu’entériner notre
    dépendance à l’État.

    Selon nous, il y a plus à gagner par la débrouille et les combines du
    quotidien, par l’entraide et l’action directe, hors de tout contrôle
    étatique, capitaliste, institutionnel ou syndical.

    Pour ce qui est du logement, la pratique du squat, par l’occupation de
    terrains et de bâtiments, est répandue depuis des décennies. C’est une
    pratique de résistance au rouleau compresseur immobilier et au régime de
    la propriété privée.

    C’est évidemment aussi un moyen de survie, une façon de se loger quand
    on n’est pas propriétaire et qu’on n’a pas les moyens de payer un loyer.
    Enfin, c’est un moyen d’organisation collective, pour les luttes et pour
    le plaisir, quand toutes les villes ne sont constituées que d’espaces
    marchands et sécuritaires. Alors malgré les offensives immobilières,
    politiciennes et médiatiques, il y a toujours des squats, des
    occupations de bâtiments vides et de terrains abandonnés ou menacés par
    des projets d’urbanisation. Ce sont pour nous des pratiques qui ont du
    sens et que nous soutenons.

    À coté de ça, de nombreuses personnes galèrent pour payer leur loyer,
    vivent dans des conditions difficiles, sont forcé·e·s à déménager loin
    de leur quartier à cause des processus de restructuration et
    d’embourgeoisement que connaissent presque toutes les grandes villes de
    France, notamment Paris et pratiquement toute sa banlieue proche. Il
    nous semble nécessaire de réfléchir et agir pour que le rapport de
    forces entre locataires et propriétaires change (en attendant d’en finir
    définitivement avec la dichotomie propriétaires-locataires). Une
    pratique ancienne mais aujourd’hui assez peu courante nous semble
    importante à remettre au goût du jour : la grève des loyers. Celle-ci
    demande de l’organisation collective, de la solidarité et de la
    détermination. Mais quoi de plus logique quand on galère à payer son
    loyer ? Quoi de plus logique quand on considère qu’il est absurde de
    donner de l’argent à des gens plus riches que soi simplement pour dormir
    sous un toit ?

    Autre aspect nécessaire à toute lutte sur la question du logement : la
    résistance aux expulsions, qu'il s'agisse de squats, de logements loués,
    de bidonvilles ou de terrains occupés. La solidarité et la détermination
    peuvent repousser la date effective de l’expulsion. Forcer les
    propriétaires à payer un huissier, puis à obliger la préfecture à faire
    recours aux flics, c’est ralentir tout un processus qui expulse à tour
    de bras, montrer qu’on est solidaires et qu’on ne lâche pas l’affaire
    (que l’on soit menacé·e·s d’expulsion ou simplement en soutien).

    Si vous voulez vous organiser sur ces questions de lutte pour le
    logement, ou si vous faites déjà partie d’un collectif en lutte, vous
    pouvez nous contacter ou nous rencontrer directement, notamment chaque
    premier mardi du mois à l'AERI.

    Collectif Prenons la ville (Montreuil-Bagnolet 93)

    Contact mail :
    degage-onamenage@riseup.net

    Rencontres mensuelles :
    chaque premier mardi du mois, de 17h à 20h, à l’AERI (57 rue Étienne
    Marcel, à Montreuil)
     

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 3)

  1. ninaa
  2. bigteuf
  3. Azadi