Chargement...

Anarcho-indépendantisme (provençal ou autre)

Discussion dans 'Politique et débats de société' créé par LouRavi, 30 Octobre 2021.

  1. LouRavi
    Offline

    LouRaviNouveau membre

    10
    1
    0
    Oct 2021
    Homme
  2. anarchiste, anarcho-fédéraliste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Pour commencer tout ca, je remet ici ma réponse à "Pour toi, c'est quoi l'anarcho-indépendantisme ?"

    N'hésitez pas à soulever les problèmes que vous pouvez voir, je suis vraiment là pour débattre etc donc y a aucun soucis tant que ca reste bienveillant bien sûr !

    upload_2021-10-30_18-46-54.png
     

    Fichiers attachés:

  3. allpower
    En ligne

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    10 184
    2 081
    4,941
    Nov 2012
    Ça ressemble assez aux communes ou au conseillisme anarchiste...
    Une organisation très proche de celle des "communautés", selon le terme sud-américain ou africain (et d'autres parties du monde, mais clairement pas selon la définition européenne étriquée et faussée tendance extrême-droite !!!)

    Le seul truc qui m'a fait tilter dans ton texte, c'est le délire "à l'échelle des villes" ! La campagne, ça ne te parle pas ? Les hameaux, les bourgs, les villages, les zones rurales me semblent encore plus correspondre à ton idéologie d'anarcho-indépendantisme ! (Même si les villes ont, en effet, à s'organiser !)

    M'enfin, ce n'est que mon humble avis !
    Et sinon, bienvenue à toi !

    Je ne peux que te conseiller ces 2 vidéos venant du Brésil et qui devraient t'intéresser (en VOST) :

     
  4. LouRavi
    Offline

    LouRaviNouveau membre

    10
    1
    0
    Oct 2021
    Homme
  5. anarchiste, anarcho-fédéraliste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Merci pour les infos.
    Mon grand père ayant été Cherokee et ressentant une sorte de "proximité" étrange au fond de moi avec les peuples racines, je pense réellement que mes recherches sur les fonctionnements politiques des peuples natifs américains m'inspirent d'une façon ou d'une autre dans mon idéologie propre (et vive l'adelphité entre les anarchistes et les peuples racines !)

    J'irais voir les vidéos que tu m'as envoyé dès que possible, merci !


    Sur la question des campagnes et de manière générales des zones moins urbaines tu as raison et je suis totalement en accord avec toi, je n'ai juste pas pris le temps de développer plus que ca mes idées (que je regroupe et organise dans un document personnel).

    Justement dans ce document j'écrit notamment "L’échelle provençale est aussi une échelle solidaire. Les villes et villages se doivent de s’entraider sur les questions économiques, écologiques, sociales et démocratiques. Voila entre autre pourquoi je pense que donner uniquement plus de pouvoir aux villes n’ira pas forcément dans le bon sens, car cela risque fortement de créer des inégalités entre zones rurales et zones urbaines. Il faut donc plutôt imaginer des communautés de communes solidaires avec un poids démocratique et politique bien plus fort qu’actuellement."


    Grosso modo je vois plutôt des villes/villages/etc rattachés ensembles en communautés de communes.
    Pour les grandes villes avec beaucoup d'habitant.es comme Marseille, Toulon et autre je pense qu'il va falloir penser à autre chose mais pour des villes comme Fourcalquier, Avignon, Miramas, Carpentras ou Apt, enfaite pour la majorité des villes provençales, fonctionner en communauté de communes pourrait je pense suffire. (La vraie problématique c'est Marseille et Aix-en-Provence enfaite)

    Voila !
     
    allpower apprécie ceci.
  6. LouRavi
    Offline

    LouRaviNouveau membre

    10
    1
    0
    Oct 2021
    Homme
  7. anarchiste, anarcho-fédéraliste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Ces vidéos sont géniales ! C'est vraiment une chose que je partage.

    J'ai eu l'occasion de faire des recherches sur l'anarcho-indigénisme et c'est réellement génial bien que réservé aux peuples opprimés par les colonisateurs ce qui n'est pas le cas des provençalaux qui certe ont été vidé de leurs langue et de leur culture par l'état français, mais qui n'a pas été colonisé (différence entre ethnicide et génocide)

    Ce style d'organisation en communauté est exactement ce que je pourrais imaginer pour des villages et petites villes ou pour des quartiers.
    Pour des grandes villes comme Marseille, par quartier ce serait pertinent mais il me semble que y aurait des limites.

    Encore merci !
     
  8. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 944
    584
    142
    Jan 2009
    France
  9. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Salut, je vais être honnête personnellement je suis à l'opposé de cette conception.
    D'une part j'ai toujours été opposé à l'indépendantisme que je considère être une forme de nationalisme qui se cache derrière une posture de résistance (de même que je crois pas réellement qu'il existe une chose telle que le "parisianisme").

    Ensuite je suis pour le mélange, le cosmopolitisme, l'abolition des frontières, donc en soi pour que toute la planète ne forme qu'une seule et même "nation" sur tous les plans, notamment "administratif" même si je ne sais pas si ce terme conviendrait à une société communiste.

    Enfin dans ton explication il n'est nulle part question de dépasser le capitalisme. La monnaie est préservée, donc nous sommes encore dans un système marchand et je suppose avec propriété privée des moyens de production (même organisés en coopératives les entreprises restent des propriétaires capitalistes). Tu parles également d'une forme de corporatisme puisque les corps de métiers se gèrent ce qui correspond effectivement à l'autogestion selon l'anarcho-syndicalisme dans laquelle je ne me reconnais pas du tout. C'est pour moi là aussi le contraire du communisme ou la production dans un secteur doit être gérée également par ceux ne travaillant pas dans ce secteur car les producteurs sont au service de la société et non autonomes. En gros, selon le communisme, chaque secteur est un organe de la société qui n'existe que parce qu'il répond à des besoins.

    Mais bref comme tu le dis c'est inspiré de l'anarcho-fédéralisme et du proudhonisme que je rejette personnellement donc forcément je ne pouvais pas être d'accord.

    Le seul point où on pourrait s'entendre c'est que les villes sont des monstruosités sans avenir. Par contre hors de question d'idéaliser le mode de vie rural et les campagnes aussi doivent changer. Je pense que tout doit être réorganisé et de toute façon que les campagnes et les villes évoluent de façon liée et qu'on ne peut pas changer les unes sans modifier aussi les autres.
     
    pilou-ilou apprécie ceci.
  10. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  11. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Sur le fait de fonctionner en petites entités locales reliées entre elles c'est le principe du fédéralisme (qui n'est pas forcément anarchiste) et de l'anarcho-communisme, qui de mon point de vue est un fondement indispensable pour une société libertaire:

    https://www.toupie.org/Dictionnaire/Anarchisme_formes.htm

    En fait ce qui me pose surtout problème dans ta définition c'est la notion d'identité culturelle.

    COMITÉ INVISIBLE Gouverner par le chaos, ingénierie sociale et mondialisation

    Nationalisme(s)

    Indépendantisme Catalan

    Nationalisme(s)
     
  12. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 944
    584
    142
    Jan 2009
    France
  13. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Ben je suis pas du tout d'accord. L'humanité va vers l'union et donc naturellement vers des espaces politiques de plus en plus vastes jusqu'à englober toute l'humanité. Toute l'humanité doit aller dans la même direction et ça implique forcément des décisions qui se prennent à l'échelle de l'humanité et que les entités politiques plus petites ne font qu'adapter aux réalités locales. Enfin pour moi des communautés visant l'autarcie et n'interagissant de façon utilitariste que pour ce qu'elles ne parviennent pas à obtenir seul c'est le contraire du communisme.
     
  14. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  15. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    L'argent ???
     
  16. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  17. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Si je ne partage pas ce point de vue c'est pour des raisons pratiques. Communiquer et s'organiser à l'échelle de la planète, avec des milliards d'individus, c'est tout bonnement impossible. ça implique donc des porte-paroles, mandatés, responsables... représentant des entités locales (qui demanderaient donc à être précisément définies, avec ce que ça suppose de frontières) un peu comme dans l'ONU ajourd'hui. Avec tous les abus de pouvoir que ça suppose.

    Il suffit de constater comme c'est difficile aujourd'hui de militer concrètement avec des gens éloignés géographiquement. ça ne peut se faire qu'occasionnellement et de façon très très partielle. Quant à gérer les problèmes du quotidien, je ne vois pas du tout comment ça peut fonctionner autrement qu'avec des gens qui peuvent se rencontrer physiquement. Donc à l'échelle d'un quartier, c'est possible, au delà ça devient trop compliqué d'un point de vue pratique.
    Pour la nourriture par exemple, on pourrait réfléchir ponctuellement à des moyens d'améliorer la situation des gens vivant dans des régions où pour l'instant l'autonomie alimentaire est impossible. Mais ça ne pourrait fonctionner à long terme que si on construit (dans ces régions) des structures permettant un meilleur approvisionnement en eau, des plantations adaptées à la région... et sûrement pas en envoyant des quatre coins de l'univers de la bouffe produite localement.

    Sinon bien évidemment je suis d'accord avec le fait que les idées et pratiques anarchistes devraient constituer une base commune à toute la terre...
     
    pilou-ilou apprécie ceci.
  18. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 944
    584
    142
    Jan 2009
    France
  19. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Bien sûr qu'il faudrait des mandatés. D'ailleurs je me demande bien dans quelle société anarchiste il n'y aurais pas de mandatés. Quant à la question de la population représentée en soi ça pas grand chose à voir avec des frontières je pense. En tout cas clairement pas autant que des communautés isolées les unes des autres ou ayant un fonctionnement propre.
     
  20. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  21. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Dans une société qui fonctionnerait à petite échelle, où donc tous les concernés participeraient directement aux décisions.
    En même temps il faut s'entendre sur la définition: si par "mandaté" on entend "nommé responsable à un moment donné pour exécuter une tâche technique", avec possibilité de changer ce mandaté s'il n'assure pas ou s'il profite de cette responsabilité pour abuser d'un pouvoir, ça peut se concevoir. Malheureusement ce contrôle sur les mandatés n'est réalisable qu'à petite échelle.
    Je vais prendre l'exemple des mandatés de la Fédération anarchiste. En théorie on peut les révoquer à tout moment. En pratique c'est irréalisable. Parce que la FA comprend des centaines de membres répartis sur toute la France. Si des mandatés abusent de leur pouvoir pour commettre des injustices (ce qui arrive très fréquemment, vu que c'est pas facile de résister à la tentation: de se venger de ses ennemis, de protéger ses amis, d'imposer sa propre vision politique au mépris d'un prétendu "pluralisme"...), comment les "membres ordinaires" pourraient-ils s'y opposer?
    Il faudrait réunir un congrès extraordinaire: or à peine un tiers des adhérents assiste déjà aux congrès annuels. Parce que c'est trop compliqué de se mettre d'accord à des centaines sur une même date, que les transports ça coûte cher, l'orga peut payer un voyage pour un "représentant d'un groupe" mais pas tout le groupe: résultat, les groupes de "riches" pourront envoyer plusieurs personnes qui pèseront sur les décisions, alors qu'un seul membre isolé cèdera facilement à la pression.
    De plus, les congrès sont censés être un lieu de débat, qui donc peuvent influencer une décision finale: au nom de quoi un "représentant d'un groupe" pourrait-il décider à la place de son groupe absent?
    Sur la nomination de ces mandatés: il est bien sûr impossible de connaître des centaines de gens répartis sur toute la France. Les mandatés sont donc nommés sur la seule base de leur bonne mine: on ne sait rien de leurs compétences ou de leur caractère.
    Tous ces problèmes et limites seraient démultipliés à l'échelle du monde entier, avec des enjeux bien plus graves que pour une orga militante. Les mandatés feraient valoir leurs propres préjugés, décisions, intérêts. Sans possibilité pour les "individus lambda" de les contrôler.
     
    LouRavi apprécie ceci.
  22. LouRavi
    Offline

    LouRaviNouveau membre

    10
    1
    0
    Oct 2021
    Homme
  23. anarchiste, anarcho-fédéraliste, anti-fasciste, anti-autoritaire

    Salut,
    Je vais pas faire de cours mais grosso modo le parisianisme est mis en valeur par la centralisation de l'état, de la culture etc. C'est un système de domination qui se montre via notamment les maisons secondaires inhabités (entre autre).
    (Le cas au Pays Basque : "Parisiens barrez-vous" : les acheteurs venus d'Île-de-France trop nombreux au Pays basque ? et une orga de jeunes basque :
    Login • Instagram )

    Personnellement je rejette le terme de "nation" et préfère les termes de culture, de peuple ou de communautés suivants les cas. Vouloir unifier tout ca est impossible et criminel, ce serait une forme d'ethnicide comparable à une certaine forme de colonialisme.

    Dans mon cas, mon indépendantisme n'aurait pas qu'un drapeau mais une multitude. Je rêve de manifestations et d'actions au couleurs du drapeau provençal, marseillais, algérien, marocain, catalan, corse ... je rêve d'une révolte populaire.

    Pour la question des frontières, j'en souhaiterai le moins possible et je pense que les seules frontières qu'il pourrait subsister seraient des frontières idéologiques.

    La monnaie serait conservée, oui, mais la lutte contre le capitalisme se ferait surtout sur le plan des moyens de productions comme tu le dis.
    Les moyens de productions ne seraient pas privé mais communs, collectif.
    Le but n'est pas de créer un mini capitalisme à plus petite échelle. En abolissant la propriété privé des moyens de productions et en la rendant collective et commune, ce serait une réponse à cela.
    Les genstes fonctionnant en communautés : le troc, la solidarité et le partage serait développé ce qui dans un sens pourra aussi affaiblir le capitalisme, ou tout du moins le consumérisme.

    Dans mon document je parle d'un "Fond Commun pour l'Agriculture Locale (FCAL)". Le principe serait que les syndicats d'agriculteurices, d'épicier.es et de consomateurices puissent se regrouper ensemble pour parler ensemble de la question de l'agriculture de l'agriculteurice au consomateurice.
    Le syndicat des agriculteurices gère la production et la vente, le syndicat des épicier.es la revente et le syndicat de consomateurices l'achat final.
    Chacun.e connait ses besoins et ses capacités, tous ces syndicats là se regrouperaient pour parler ensemble et travailler ensemble sur différentes questions.

    Voila !
    Merci de ton message
     
  24. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  25. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    [infokiosques.net] - Servitude écologique

    L'argent ???

    Un topic à propos de la gratuité:

    supermarché où l'on ne paye
    Quant au capitalisme, on ne peut pas l'affaiblir, on ne peut que l'abolir. C'est pas parce que tu consommeras moins que les inégalités sociales, y compris la famine et la misère, vont disparaître, ni même diminuer. L'objectif des anarchistes c'est l'égalité économique et sociale, pas diminuer les bénéfices des possédants.
     
    LouRavi apprécie ceci.
  26. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  27. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Et on fait quoi si comme moi on ne s'identifie à aucun drapeau?



    Je ne comprends pas ce que tu entends par "frontières idéologiques"?
    Une frontière définit la notion d'appartenance, ce qui est "dedans" et "dehors". Dans le cadre d'une société égalitaire, il ne devrait donc subsister aucune frontière.
    Car "égalité" n'est pas du tout synonyme "d'unification": c'est pas parce qu'on circule librement partout dans le monde qu'on va perdre toute particularité personnelle!

    Cette notion "d'appartenance culturelle" n'existe tout simplement pas pour moi, et je ne vois pas en quoi elle serait indispensable.
    On peut se passionner pour l'histoire de la Bretagne alors qu'on n'en est pas originaire, ou en contraire s'en contrefoutre alors que tous nos aieux sont nés en Bretagne. On peut aussi se passionner plutôt pour l'histoire de l'humanité. Les individus ont bien d'autres particularités!
     
  28. LouRavi
    Offline

    LouRaviNouveau membre

    10
    1
    0
    Oct 2021
    Homme
  29. anarchiste, anarcho-fédéraliste, anti-fasciste, anti-autoritaire

    C'est super ce petit bulletin ! Le principe est génial !

    Le but final est bien-sûr de détruire le capitalisme, mais il ne disparaitra pas d'un claquement de doigts et il faudra je pense l'affaiblir petit à petit jusqu'à le voir disparaitre. Via des petits-pas ok, mais bien sur ca ne suffira pas j'en suis bien conscient, go à fond dans la DC, le sabotage voir même la destruction d'entrepôts Amazon, de McDo et des banques pour donner quelques exemples.
    Après oui, go la redistribution des richesses.
     
  30. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  31. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Je ne sais pas comment on pourrait réellement "affaiblir" le capitalisme, qui n'est pas une entité abstraite mais un système qui peut très bien fonctionner avec une partie de la population qui limite sa consommation.
    Si tu fais un tour dans n'importe quel hypermarché tu comprendras que ce système ne risque pas d'être "affaibli" parce que des individus ne peuvent pas ou ne veulent pas surconsommer!
    Si tu détruis des entrepôts Amazon ou des Mac do, tu n'affaibliras pas le capitalisme, seulement les bénéfices d'une entreprise: cette action symbolique profitera à ses concurrents (et ils sont trop nombreux pour que quelques militants puissent cramer tous leurs entrepôts). Il ne faut pas non plus sous estimer la capacité de réaction de l'ennemi: si ce genre d'attentat devait se multiplier, la milice du capital augmenterait la protection et la répression.
    Personnellement je suis très favorable à la destruction des vitrines de banques (je ne vois pas comment des militants pourraient détruire des banques?) à cause de la portée symbolique: ça envoie un message de rupture radicale, l'équivalent d'un tract en plus direct et frappant si tu veux.
    Pour moi justement ça signifie qu'on ne pourra pas faire l'économie d'un affrontement avec le capitalisme, et donc avec la milice du capital.
     
    pilou-ilou et LouRavi aiment ça.
  32. LouRavi
    Offline

    LouRaviNouveau membre

    10
    1
    0
    Oct 2021
    Homme
  33. anarchiste, anarcho-fédéraliste, anti-fasciste, anti-autoritaire
    Pas besoin forcément de drapeaux, ou alors ca pourrait être des drapeaux anars.
    Là j'ai listé des drapeaux pour répondre à l'argument du soit disant "non-universalisme" et de la soit disant "unification culturelle nationaliste" inhérente aux luttes indépendantistes que je rejette.

    [/QUOTE] Je ne comprends pas ce que tu entends par "frontières idéologiques"?
    Une frontière définit la notion d'appartenance, ce qui est "dedans" et "dehors". Dans le cadre d'une société égalitaire, il ne devrait donc subsister aucune frontière.
    Car "égalité" n'est pas du tout synonyme "d'unification": c'est pas parce qu'on circule librement partout dans le monde qu'on va perdre toute particularité personnelle!
    [/QUOTE]

    "frontière idéologique" j'entend frontières politiques. Il faut proposer et expliquer les idées anarchistes, pas les imposer.
    Et si dans un cas ou une ville/un pays/une communauté peut importe, décide de foutre un roi ou je ne sais quoi qui ne me convienne pas, certes je propagerai les idées anarchistes et aiderai les anarchistes qui luttent sur place du mieux que je peux, mais il y aura forcément entre cette ville/pays/communauté une barrière idéologique et politique.

    [/QUOTE]Cette notion "d'appartenance culturelle" n'existe tout simplement pas pour moi, et je ne vois pas en quoi elle serait indispensable.
    On peut se passionner pour l'histoire de la Bretagne alors qu'on n'en est pas originaire, ou en contraire s'en contrefoutre alors que tous nos aieux sont nés en Bretagne. On peut aussi se passionner plutôt pour l'histoire de l'humanité. Les individus ont bien d'autres particularités![/QUOTE]

    Bien sûr bien sûr !!
    Mon indépendantisme (qui m'est propre) est un indépendantisme politique et idéologique, absolument pas identitaire !
    Je suis fils d'une mère ayant grandit dans un HLM de culture catholique et provençale et d'un père 'bourgeois rebelle' de culture protestante ayant fuis son château familial pour vivre en hippie sur les routes étatsuniennes, petit-fils de vétéran de la guerre d'Algérie et d'un Cherokee.
    Ma culture est personnelle et chaque culture est personnelle. Parler d'appartenance culturelle ou identitaire ne veut rien dire pour moi, chaque personne a sa propre culture personnelle qui parfois se différencie même de la culture familiale.
     
  34. ninaa
    En ligne

    ninaaMembre du forum Membre actif

    10 133
    1 754
    453
    Fev 2014
    France
  35. anarchiste, anarcho-féministe, individualiste
    Je ne crois pas qu'il existe de nationalistes bretons corses ou autres qui veuillent unifier l'univers entier sur leurs bases, obliger la terre entière à parler corse ou occitan par exemple!
    En revanche l'idée générale est celle du "dedans" (un espace délimité par des frontières où cette culture serait la norme, enseignée à l'école, parlée par tout le monde à l'intérieur de cet espace, où existeraient des conditions pour "faire partie" de cet espace, etc.) et du "dehors"
    Quant à moi je ne vois pas du tout l'intérêt de délimiter un tel espace. Tout le monde devrait pouvoir parler la langue qu'il veut, où il veut, et ne pas la parler s'il n'en a pas envie. Et cela (envie ou pas envie) où qu'on se trouve dans le monde.

    Le drapeau noir est un symbole qui permet de se reconnaître principalement dans les manifs, ça n'est d'aucune utilité le reste du temps. En tout cas ça n'a rien à voir avec une identité géographique.

    Je ne pense pas qu'on puisse imaginer une société libertaire autrement que globalement. Le propre du pouvoir est de chercher à s'étendre, peu importe que toi tu respectes l'autorité et la hiérarchie, ceux qui croient en ces valeurs eux, ne respectent pas les anti-autoritaires et chercheront à t'écraser. L'exemple de l'Espagne libertaire est assez parlant il me semble.
    Voir aussi ce qui s'est passé avec les "alliés" des anti-autoritaires à Kronstadt:

    Révolte de Kronstadt — Wikipédia

    Là dessus on est bien d'accord!
    Ceci dit si des individus ressentent un attachement pour leur histoire familiale et locale je trouve ça très légitime, quoique ça se manifeste surtout la plupart du temps quand une culture est opprimée.
    Ce qui me pose surtout problème est l'idée d'organiser des territoires en fonction d'une "identité culturelle", avec des frontières et tous les problèmes qui en découlent.

    [​IMG]
     
  36. Anarchie 13
    Offline

    Anarchie 13Adolescent immature Comité auto-gestion Membre actif

    7 944
    584
    142
    Jan 2009
    France
  37. libertaire, anarchiste, chaos/Nihiliste, individualiste
    Salut,
    Pour ce qui est de l'unification de la culture je ne pense pas que ce soit une question de volonté mais d'une certaine marnière le "destin" de l'humanité.
    Après il faut voir ce qu'on appelle "culture". Par principe je suis évidemment contre la tradition car c'est pour moi un frein au progrès, à l'esprit critique et à l'ouverture d'esprit. Mais outre ça, une culture ce sont des pratiques qui ont ou ont eu d'abord un sens économique, donc qui sont naturellement amenées à évoluer à mesure que nos outils progressent et donc que nos techniques et méthodes s'adaptent à ces nouvelles techniques de production et que l'organisation du travail lui aussi change et s'adapte. Bref c'est du matérialisme historique. La culture ce sont aussi des représentations du monde qui sont elles mêmes façonnées par les rapports de production qui déterminent aussi nos rapports au monde.
    Pour parler plus concret on peut croire que la pluie arrive en dansant lorsqu'on n'a pas toutes les techniques des climatologues mais une fois que la technologie a évolué au point qu'on puisse étudier scientifiquement le climat il est normal que des croyances comme celles-ci s'éteignent. Ce n'est pas unilatéralement lié à du colonialisme. Ce dernier peut être un vecteur de cette évolution, de fait il en a été un puisque les nations étant passées par cette évolution techniques sont passées par une phase expansionniste, mais je pense que ce sont deux conséquences (la disparition des vieilles croyances ou pratiques traditionnelles et le colonialisme / l'expansionnisme) d'une même cause : la marche inexorable vers le progrès technique.
    Et je pense qu'aujourd'hui la disparition de ces "cultures" est ambivalente. D'une part elles sont vidées de leur substance parce qu'elles servent d'attraction pour touriste, qu'elles sont marchandisées (et comme Marx je ne le deplore pas, bien au contraire, puisque ça lzur ôte une aura sacrée qu'elles avaient et participe à saper des rapports de hiérarchies théocratique) et d'autre part je pense aussi que les membres mêmes des peuples qui voient ces cultures disparaître ne l'accueillent pas toujours avec hostilité. Car il y a un progrès indéniable des conditions de vie et que ces pratiques sont parfois tout simplement pas adaptée à la vie contemporaine. Et pour donner une exemple basique, à part pour le folklore, je trouve normal que beaucoup de jeunes bretons ne cherchent pas à apprendre une langue qui ne leur servira en rien au quotidien. Ça témoigne en plus d'une vision rationnelle de ce qu'est une langue : un outil, une langue parlée par personne ou uniquement par très peu de gens qui en plus maitrisent tous la langue dominante il y a bien peu d'intérêt à l'apprendre. Donc voilà pour moi chercher à tout prix à ce que cette culture traditionnelle ne relève pas du combat révolutionnaire ou anarchiste.

    Pour ce qui est du parisianisme je ne suis pas convaincu par ton argument. Pour moi c'est tenter de rendre géographique un problème de classe. Est ce qu'un propriétaire breton est plus légitime en bretagne qu'un propriétaire parisien ? Qu'est ce que l'origine géographique vient faire la dedans ? Comme si les bourges ne vivaient qu'à paris et qu'il n'y avait quendes Bourges a paris.

    Enfin du point de vue économique je ne vois pas comment tu arrive à concilizr lutte contre le capitalisme et préservation de la monnaie (et des syndicats en plus). À quoi sert la monnaie dans une société où les moyens de production sont socialisés (et non propriété de ceux qui les utilisent ce qui est de l'autogestion type coopérative qui est 100% compatible avec le capitalisme et existe déjà). La monnaie sert à faciliter les échanges entre propriétaires privés. Si les moyens de production sont propriété collective alors les produits sont aussi propriété de tous et par conséquent pourquoi devrait-on payer pour les avoir ?

    Sinon je ne parle plus de détruire le capitalisme mais de le dépasser. Pour moi le communisme ce n'est pas boycotter Amazon ou détruire ses entrepôt mais presque l'inverse : socialiser ces moyens de production énormes et les utiliser... de façon démocratique, dans l'intérêt de l'humanité et de la biosphère. Il ne s'agit pas de revenir avant le capitalisme, avant l'invention des grosses entreprises et de leur technologie mais de se servir des acquis passés selon une autre logique (qui sera accessible du fait de l'absence de classes sociales).
     
  38. allpower
    En ligne

    allpower  Comité auto-gestion Membre actif

    10 184
    2 081
    4,941
    Nov 2012
    Ben, c'est peut-être justement pour cette raison que la majorité des minorités autochtones refusent de perdre leur culture et la défendent car ne voulant pas suivre "ces nouvelles techniques de production" qui sont clairement basées sur le productivisme et le profit !
    De plus, une "culture" est loin de n'avoir en priorité qu'un sens économique, c'est tout un héritage historique, alimentaire, médical, sociétal, éducatif, etc. (mate les 2 vidéos que j'ai postées plus haut, ça te permettra de mieux comprendre ce que je tente d'expliquer)

    Là aussi, pas du tout d'accord avec ton analyse !
    Sans vouloir te vexer, mais tu vois la question d'un point de vue "occidental blanc" ! En parlant justement d'attraction pour touriste, de marchandisation... En ne voyant les cultures que comme des modèles théocratiques et mystiques... Et pire en parlant, dans ta dernière phrase, à la place des membres de ces peuples menacés, les englobant tous dans le même sac, des Mapuches aux Karens, des inuits aux aborigènes, des Berbères aux Samis, des Pygmés aux Papous... Une généralité que je trouve assez nauséabonde ! J'aimerais assez que t'aies l'occasion un jour de leur dire que tu penses qu'ils/elles voient leur culture disparaître souvent sans hostilité !

    Pas d'accord non plus avec ta vision qu'une multitude de langues ne servirait à rien ! Qu'une langue ne serait que pur folklore car minoritaire ! Dans ce cas-là, au niveau mondial, le français ne servirait à rien et donc pourquoi on continue à le pratiquer ?!

    J'ai l'impression que t'as zappé un mot/verbe dans cette phrase...
    Mais j'ai, hélas, bien peur de savoir ce que tu voulais dire ! Je pense qu'à généraliser/réduire toutes les cultures de par le monde pour n'en faire qu'une "culture traditionnelle", tu loupes plein de trucs qui existent dans pleins de cultures très différentes du modèle "occidental blanc" !

    Mis à part ces divergences claires, je suis quasiment d'accord avec ce que tu dis !

    Et sans rancune, si je te semble un peu trop virulent ! :)
     
    LouRavi apprécie ceci.

Les membres qui ont lu cette discussion dans le dernier mois (Total: 16)

  1. LouRavi
  2. allpower
  3. ninaa
  4. Anarchie 13
  5. jabali
  6. depassage
  7. pierrem
  8. pilou-ilou
  9. Ganate
  10. Nomathemba
  11. acide_errant
  12. nhumanpunk
  13. MusketeerZ
  14. Yeen
  15. Camusard
  16. Doxus